En savoir plus

Galerie d'art Léonard-Parent

Galerie d'art Léonard-Parent Agrandissement

© Boris Plique

Le Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Rimouski est le gestionnaire de la galerie d’art Léonard-Parent, accessible gratuitement à toute la population et mettant en vedette des artistes du Bas-Saint-Laurent.

La galerie d’art Léonard-Parent présente environ huit expositions par année, d’une durée variable. La galerie accueille des artistes, ou collectifs d’artistes, du Bas-Saint-Laurent, professionnels ou en voie de professionnalisation, tout comme des artistes pratiquant leur art par plaisir. De plus, la galerie reçoit chaque année des projets d’art citoyen portés par des organismes de Rimouski.


Heures d'ouverture et coordonnées

  • Expositions

    Infiniment seuls

    Liane RouxÉric TruchonLiane Roux et Éric Truchon

    Du 3 novembre au 16 décembre 2022

    Durant la pandémie, une forte solitude nous a tous habités qu’on le veuille ou non. L’envie urgente de créer a émergé ce qui nous a poussés à représenter nos ressentis. Plusieurs œuvres ont découlé de cette période, ce qui nous pousse à les exposer. Ces productions font allusion à la peur du vide et à la confrontation de nos propres pensées.









  • À propos de la Galerie

    Historique

    Inaugurée en mars 2014, la galerie d’art Léonard-Parent est le fruit de plusieurs années de travail. Coup d’œil, la première galerie d’art de la Ville de Rimouski a vu le jour en 1983.

    Dans les années 2000, avec les changements dans le milieu culturel, la galerie Coup d’œil ferme ses portes et des expositions ont temporairement lieu dans le foyer de la Salle DESJARDINS-TELUS. Plus de trente ans après l’ouverture de sa première galerie d’art, la Ville de Rimouski souhaite favoriser l’accessibilité à la culture avec la galerie d’art Léonard-Parent, jouxtée à ses locaux.

    Signification du nom

    La galerie d’art porte un nom significatif, celui de « Léonard Parent ». Léonard Parent, dit Basque, était un artiste chez qui le don de soi a toujours été lié à un attachement indéfectible à sa région, le Bas-Saint-Laurent. Il a donné à Rimouski une fenêtre ouverte sur le monde. La longue liste des réalisations et des distinctions du peintre Léonard Parent ont fait foi de sa grande implication et de son engagement dans le milieu culturel rimouskois. 

    Biographie de Léonard Parent

    L’œuvre fixée au mur extérieur de la galerie et le logo sont des réalisations de l’artiste Jean-Philippe Roy

    En savoir plus

    Mission

    Favoriser l’accès à l’art et à la culture en offrant un lieu de diffusion en arts visuels et en métiers d’art, en complémentarité avec les organismes professionnels sur le territoire rimouskois.

    Orientations

    • Soutenir les artistes professionnels et en voie de professionnalisation du Bas-Saint-Laurent en leur donnant accès à un lieu de diffusion en arts visuels et en métiers d’art;
    • Élaborer une programmation annuelle en collaboration et en concertation avec les partenaires du milieu;
    • Créer des occasions de rencontres entre des artistes de diverses disciplines, la population et les organismes du milieu rimouskois;
    • Sélectionner ou développer des projets spéciaux et ponctuels en lien avec les initiatives du milieu rimouskois.
  • Oeuvres Coups de coeur

    Afin d’enrichir sa collection d’œuvres d’art et de soutenir les artistes en arts visuels, chaque année, la Ville de Rimouski acquiert une œuvre réalisée par un artiste ayant exposé à la galerie d’art Léonard‑Parent ou, autrefois, à la salle DESJARDINS-TELUS. Cette œuvre, nommée Coup de cœur, est proposée par le comité qui sélectionne les expositions de l’année à venir. La majorité de ces œuvres ornent les murs des bureaux administratifs de la municipalité.

    2022

    Nom de l’artisteAlexandra Dubé-Loubert

    Nom de l’œuvre : « Sans titre »

    Disciplines : Acrylique et encre sur papier de soie appliqué sur toile

    Présentation de l’artiste :

    Née le 22 novembre 1978 à Rimouski, Alexandra est titulaire d’une maîtrise dans le domaine de la biologie évolutive, d’une formation de 2e cycle en éthique et d’une formation en piano classique. Ayant œuvré dans différents domaines du réseau de la santé et des services sociaux, de la recherche, de l’éthique et de la biologie, elle a toujours tenté de préserver un espace pour la musique et l’art.

    Initiée à la peinture à l’huile, elle a effleuré l’histoire de l’art et différentes techniques artistiques lors de sa formation collégiale au DEC intégré en sciences, lettres et arts. Elle a également eu le privilège d’apprendre le travail du papier de soie et de l’encre.

    Son parcours en art a ponctuellement été entrecoupé par ses nombreuses occupations et ses voyages à l’étranger, mais elle ne peut se résoudre à ne faire qu’une chose. Le monde est riche et appelle à être exploré; toucher à tout, ouvrir les possibles, être dépassé par la complexité de ce qui se présente à notre regard. Son approche de la peinture se nourrit de ce vertige, de cette insuffisance et de ces limites. Elle se nourrit du hasard, du langage et de la science.

    Texte Alexandra Dubé-Loubert


    2021

    Nom de l’artisteEmmanuel Guy

    Nom de l’œuvre : Station 2

    Disciplines : Sculpture

    Présentation de l’artiste :

    Emmanuel Guy est en 1972, il a été initié à l’ébénisterie dans son milieu familial. À l’âge adulte, cette démarche a culminé dans la réalisation autodidacte de chaloupes à voile en bois-contreplaqué-époxy. Sa pratique devient ensuite plus artistique : il intègre une recherche esthétique et symbolique dans ses designs de meubles. Il explore la conception des chaises pour leurs qualités sculpturales. En 2016, il réalise un premier objet porteur dans la cadre du projet Innovation de la Corporation des métiers d’art du Bas-St-Laurent. Puis en 2017, il participe à un laboratoire de création du centre Caravansérail (Rimouski) regroupant des artistes du numérique et du travail traditionnel de la matière. Depuis, il utilise les techniques d’ébénisterie – souvent manuelles - pour proposer des installations et des sculptures, parfois cinétiques ou sonores. À partir de ce travail sculptural, il déploie des stratégies performatives – au premier chef la déambulation – pour explorer la matière elle-même et le travail nécessaire à sa transformation. Ces dernières années, il a participé à plusieurs expositions collectives, événements interdisciplinaires et résidences de recherche-créations à Rimouski, Trois-Pistoles, Matane, Rivière-du-Loup, Sherbrooke et aux Îles-de-la-Madeleine ainsi qu’à un projet international en Slovénie et en Grande-Bretagne.


    2020

    Noms des artistes : Joan Sullivan et Élise Argouarc’h

    Noms des œuvres : Solitude et Horizon haut

    Disciplines : Photographie et poésie

    Présentation des artistes :

    Autodidacte et photographe engagée, Joan Sullivan s’est installée dans le Bas‑Saint‑Laurent en 2008, après avoir vécu en Afrique presque 20 ans. Son sujet principal est le changement climatique, dans lequel elle se concentre sur la transition énergétique. Ses photographies ont été exposées en Italie, en Grande-Bretagne et au Canada.

    Élise Argouarc’h a plongé dans la poésie à la suite de son immigration au Québec en 2011. Elle s’intéresse à l’interaction entre le corps et l’écriture dans les arts de la parole et envisage la performance artistique comme voie d’actualisation identitaire.

    Poème d’Élise Argourac’h

    2019

    Nom de l’artiste : Xavier Labrie

    Nom de l’œuvre : Pacemaker

    Disciplines : Dessin, estampe, peinture et broderie

    Présentation de l’artiste : 

    Xavier Labrie est originaire et habite Rivière-du-Loup, au Bas-Saint-Laurent. Titulaire d’un baccalauréat interdisciplinaire en Arts de l’Université du Québec à Chicoutimi, il accorde une importance fondamentale à la matérialité dans son travail pictural. Indissociables de la sculpture, ses œuvres traitent du lieu de culte inhérent à chacun, ce lieu où l’on se terre, seul, pour adorer nos souvenirs restants et notre vision d’un futur idéal. Les scènes qu’il élabore, chargées de solitude et de questionnement, s’inscrivent pour lui au cœur d’une recherche identitaire personnelle, collective et universelle.

    2018

    Nom de l’artiste : Luce Dumont

    Nom de l’œuvre : Opulence

    Disciplines : Eau forte et linogravure

    Présentation de l’artiste :

    Native de Montréal, Luce Dumont travaille au Bas-Saint-Laurent depuis 2008. Après des études en sciences et quelques années dans l'univers de l'édition scientifique, elle a obtenu un baccalauréat en arts plastiques de l'université Laval. Ses connaissances scientifiques et ses nombreuses promenades en nature sont à l'origine de toute son imagerie. Ses travaux ont été présentés lors d'expositions individuelles et collectives au Québec, au Canada ainsi qu'en Écosse.


    2017

    Nom de l’artiste : Cart Hurens

    Nom de l’œuvre : Série Frontière, sans titre #12

    Discipline : Photographie

    Présentation de l’artiste :

    Natif de Québec, Cart Hurens a étudié la photographie à Montréal. Il vit à Rimouski depuis plusieurs années après être demeuré à Matane de 1992 à 2003 où il y a enseigné la photographie au Cégep de Matane. Il utilise la photographie comme médium de création depuis plus de 20 ans. Il privilégie l’utilisation de différentes techniques qui altèrent l’image, créant ainsi un écart entre la réalité et son interprétation, sublimant en quelque sorte les éléments les plus signifiants. Il explore le paysage à travers différents genres, en noir et blanc ou en couleur, net ou flou, mais surtout selon l'état du moment qui influence sa réceptivité.

    2016

    Nom de l’artiste : Marc Lepage

    Nom de l’œuvre : Mantis religiosa (Le masque)

    Discipline : Photographie

    Présentation de l’artiste :

    Marc Lepage met en scène des univers colorés issus d’un imaginaire ludique pour teinter de légèreté le microcosme que peut être un site d’enfouissement. L’œuvre acquise a fait partie de l’exposition Sexy au centre de tri, des Sympathiques charognards qui souhaitaient rendre les dépotoirs plus sexy, en s'y promenant en habits chics, en lingerie ou tous nus. Dans ce monde où l’image de la réussite est celle de la richesse matérielle et où l’hyper sexualisation est une stratégie commerciale comme une autre, il s'agit ici de dénoncer la surconsommation et d’initier une réconciliation avec l'amoncellement des objets rejetés qu'elle occasionne.

    2015

    Nom de l’artiste : Ito Laïla LeFrançois

    Nom de l’œuvre : Cœur Nippon

    Discipline : Sculpture

    Présentation de l’artiste :

    Centrée sur l’aspiration de devenir plus brute et primitive dans le quotidien et dans sa pratique artistique, Ito Laïla LeFrançois se questionne sur le territoire québécois et les liens qui l’unissent à lui; ses origines métisses, son identité... Sa démarche évolue vers l’exploration du paysage bas-laurentien et l’utilisation des ressources naturelles locales. Son travail se base essentiellement sur des savoirs ancestraux dans le but de créer des œuvres d’expression non traditionnelles. Elle se sert du corps humain et animal pour les mêler au territoire créant des chimères mi-anatomiques, mi-paysages.

    2014

    Nom de l’artiste : Blandine Ouellet

    Nom de l’œuvre : Petite suave

    Discipline : Sculpture

    Présentation de l’artiste :

    Blandine Ouellet explore les thématiques de la dualité : le dessus – le dessous, le plein – le vide, l’aérien - l’enfoui, le contenant versus le contenu. Son travail artistique, explorant l’espace tridimensionnel, se centre sur l’utilisation d’un matériau bien précis, la céramique, s’inscrivant de plus dans le courant de la céramique d’Art, développé principalement aux États-Unis depuis les années 40.

    2013

    Nom de l’artiste : Hélène Couture

    Nom de l’œuvre : Les tourneboules

    Discipline : Peinture

    Présentation de l’artiste :

    Hélène Couture aime particulièrement le dessin et la peinture. On retrouve ses œuvres au Canada, au Japon et en Europe. Elle affectionne la représentation d’un bestiaire imaginaire; chats, oiseaux poissons et même quelques vaches folles nous interpellent dans un climat coloré et serein. Ses recherches tendent vers une expérimentation de textures avec le jeu de matériaux divers. Un contour, une frise agrémentée de dessins en relief, entoure le sujet, faisant office de cadre personnalisé.

    2012

    Nom de l’artiste : Fernande Forest

    Nom de l’œuvre : Paysager le silence

    Discipline : Photographie

    Présentation de l’artiste :

    Originaire de la Gaspésie, Fernande Forest a choisi de vivre en région et de pratiquer son art à Rimouski. Sa carrière en art actuel a été marquée par plus d’une dizaine de résidences et d’expositions solos et commissariées dans des lieux reconnus au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. Sa pratique en photographie est inscrite dans le terreau de l’art actuel bas-laurentien depuis plus de 30 ans. L’artiste cherche à créer des filiations entre notre rapport au végétal, au scientifique et à notre humanité en magnifiant le réel. Le dialogue entre la nature et la technologie fait partie de son processus de travail et de ce fait, elle cherche à actualiser la représentation du monde végétal.


    2011

    Nom de l’artiste : Andrée Lévesque

    Nom de l’œuvre : La Reine

    Discipline : Peinture

    Présentation de l’artiste :

    Née à Mont-Joli, Andrée Lévesque a fait ses études classiques à Québec, ainsi qu’aux Beaux-Arts de Montréal, l’École du musée des Beaux-Arts de Montréal et l’Université du Québec à Rimouski. Sa carrière a commencé avec un hiatus de dix ans à Calgary. Ses peintures se retrouvent partout au Canada et en Europe.

    2010

    Nom de l’artiste : Charles-Étienne Monat

    Nom de l’œuvre : Là, vers l’avant

    Discipline : Peinture

    Présentation de l’artiste :

    Les créations de Charles-Étienne Monat sont à mi-chemin entre le fauvisme et le pop-art, entre l'expressionnisme et l'impressionnisme, entre le surréalisme et la bande dessinée, comportant par moments une lourdeur dramatique ou, au contraire, transpirant une légèreté enfantine.



  • Appel de dossiers – Exposition régulière

    La sélection des artistes se fait généralement à l’automne de chaque année par les membres d’un jury de pairs œuvrant dans le milieu culturel de la région du Bas-Saint-Laurent. Les jurés, qui diffèrent chaque année, sont sélectionnés dans un souci de complémentarité et de représentativité des diverses disciplines des arts visuels et des métiers d’art de la région.

    Les artistes sélectionnés dans le cadre d’une exposition régulière reçoivent un cachet basé sur leur statut d’artiste.

    Définition des statuts d’artistes

    Professionnel 

    Un artiste qui :

    • A reçu une formation spécialisée dans son domaine (pas nécessairement un établissement d’enseignement);
    • Est reconnu comme tel par ses pairs (artistes de la même tradition artistique);
    • S’engage à consacrer plus de temps à sa pratique artistique, si sa situation financière le lui permet;
    • A déjà présenté des œuvres en public.

    En voie de professionnalisation 

    Un artiste en formation ou un artiste qui pose des actions afin d’acquérir et d’approfondir des compétences techniques et qui peut aspirer à pratiquer son art de façon professionnelle.

    Admissibilité

    • Être un artiste ou un collectif d’artistes en arts visuels ou métiers d’art, professionnel ou en voie de professionnalisation;
    • Être résident ou avoir son lieu de création au Bas-Saint-Laurent depuis au minimum un (1) an;
    • Pour un collectif d’artistes, être composé d’au moins 50 % d’artistes dont la résidence principale est au Bas‑Saint-Laurent.

    Soumettre un projet d’exposition

    Remplir le formulaire et envoyer tous les documents demandés (curriculum vitae, démarche artistique, dossier visuel).

    La description du projet d’exposition doit démontrer une idée cohérente avec le dossier visuel présenté.

    Par souci d’inclusion et de représentativité, la Ville de Rimouski encourage les artistes sous‑représentés dans le milieu des arts visuels actuels à déposer leurs dossiers.

    Date limite pour déposer un projet : le 15 septembre de chaque année.

    Soumettre un projet

    Source : Conseil des arts du Canada
  • Appel de dossiers – Projets d’art citoyen

    Il est possible, en tout temps, de déposer un dossier pour un projet d’art citoyen. La galerie d’art Léonard-Parent reçoit jusqu’à un maximum de quatre projets d’art citoyen par année. La sélection se fait à l’automne, par les membres de l’équipe municipale.

    Admissibilité

    • Être un organisme à but non lucratif ou une institution publique ou parapublique de Rimouski;
    • Porter un projet artistique avec un artiste ou un collectif d’artistes dont la démarche du projet est liée à l'organisme. Le ou les artistes doivent avoir leur résidence principale au Québec. La Ville priorise néanmoins les projets réalisés avec des artistes du Bas-Saint-Laurent.

    Date limite pour déposer un projet : en tout temps.

    Soumettre un projet

  • Appel de dossiers – Collectif d’été

    Thème de 2023 : expression sportive

    La galerie d’art Léonard-Parent organise une exposition collective pour la prochaine saison estivale. Les artistes du Bas-Saint-Laurent sont invités à soumettre leur candidature pour ce projet, sous le thème proposé.

    Les disciplines acceptées sont les arts imprimés, le multimédia, les arts textiles, la peinture, la céramique, la photographie, le dessin, le verre et la sculpture.

    Admissibilité

    • La pertinence de l’œuvre doit être en lien avec la thématique;
    • L’œuvre doit être originale et refléter une certaine maîtrise artistique;
    • L’œuvre doit être sur un support rigide ou encadré, afin d’être exposée sur un mur avec un système d’accrochage (œillets et fil) ou être sculpturale et avoir un format minimal de 28 cm x 22 cm (11 po x 8,5 po).

    Date limite pour déposer un projet : le 19 mai 2023.

    Soumettre un projet