En savoir plus

Pourquoi développer ce secteur? 

Le secteur de Pointe-au-Père a un fort potentiel de développement. Il s’inscrit dans un milieu urbain qui permet une connectivité avantageuse avec une grande diversité de milieux naturels. La Ville de Rimouski y possède sept lots qui peuvent être mis à profit pour augmenter l’offre en logements sur le territoire. L’augmentation de l’offre est essentielle en raison de la croissance démographique de la ville. Dans un contexte de pénurie de logements sur le territoire rimouskois, cette vaste zone est un espace de choix pour créer un milieu de vie stimulant. Le nombre de logements créés dans le secteur est présentement estimé à 800.

Dans les années 1990, la Ville de Rimouski a fait l’acquisition des terres de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame-du-Saint-Rosaire dans l’objectif d’y construire des résidences et de permettre aux jeunes familles d’accéder à la propriété. Jusqu’au milieu des années 2010, la Ville a continué de faire l’achat de plusieurs terrains, principalement dans les districts Sacré-Cœur et Pointe-au-Père, en prévision d’un prochain développement. Ces différents projets de développement immobilier sont d’ailleurs identifiés au Plan d’urbanisme de l’ancienne Ville de Pointe-au-Père datant de 1996. Ces projets sont aussi identifiés comme secteurs de développement prioritaires au Plan d'urbanisme de 2014 actuellement en vigueur.


Quels types d’habitations seront construites?

Le développement de ce secteur prévoit une mixité d’habitations. Des habitations résidentielles de faible densité (ex. : habitations résidentielles jumelées, habitations de type maison de ville), des habitations résidentielles de moyenne densité (ex. : des complexes d’habitations collectives ou intergénérationnelles), des installations commerciales et potentiellement des bâtiments institutionnels.


Qu’allez-vous faire pour limiter les impacts de la circulation engendrée par ce projet?

Bien entendu, ce projet de développement ne se fera pas en une seule phase. Afin de limiter les impacts pour les usagères et usagers de la route, nous planifierons un développement permettant de rejoindre rapidement le boulevard Sainte-Anne. La planification de ce nouveau développement tiendra compte des infrastructures présentes dans le secteur dédiées à la mobilité active. Le séquencement des travaux sera important, précisément pour limiter les impacts sur la circulation et le bruit.


Comment allez-vous assurer la sécurité routière dans le secteur?

Sur tous les chantiers de construction et de développement de nouvelles rues, la sécurité routière est une priorité. Ce projet de développement ne fera pas exception. Différentes mesures seront mises en place le moment venu dont la disposition de balises, de la sensibilisation, des interventions ciblées de la Sûreté du Québec et la surveillance du chantier.


Combien d’arbres allez-vous couper? 

La coupe d’arbres est inévitable dans tous les secteurs en développement. Cependant, nous nous assurerons d’en préserver un maximum. La principale partie boisée se trouve dans le secteur sud de la zone de développement, ne faisant pas partie du projet actuel. Un grand souci sera accordé à la préservation des milieux naturels, des sentiers et des arbres.


Allez-vous détruire les sentiers existants?

Le concept d’aménagement étant à définir avec les citoyennes et citoyens, il est difficile de dire à l’heure actuelle si tous les sentiers existants seront conservés. Certains sentiers seront conservés et consolidés, d’autres pourraient être relocalisés selon le résultat des consultations et le concept d’aménagement qui verra le jour. Les sentiers qui pourraient mis en place par la Ville dans le cadre du projet de développement seraient des sentiers aménagés et entretenus.


Est-ce qu’il y a des espèces fauniques ou floristiques menacées présentes dans le secteur? 

Le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ) a répertorié une occurrence de hibou des marais (espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable) à l’intérieur des limites du site à l’étude. Cependant, ni cette espèce ni aucune autre espèce faunique à statut particulier n’ont été observées aux stations d’inventaire ou lors des déplacements lors de la caractérisation écologique du secteur. Le cas échéant, des mesures de protection seraient mises en place lors de la réalisation des travaux.

Le CDPNQ n’a répertorié aucune occurrence d’espèce floristique à statut particulier à l’intérieur des limites du site à l’étude. Aucune espèce floristique à statut particulier n’a été observée aux stations d’inventaire ou lors des déplacements lors de la caractérisation écologique du secteur.

 

Quel sera l’échéancier des travaux? 

L’échéancier des travaux sera déterminé après le processus de consultation publique et de participation citoyenne et quand le concept sera entièrement défini. Le processus de consultation est prévu au printemps 2023, la présentation du concept à l’été 2023 et le début du projet de développement en 2024-2025. L’objectif est de réaliser le développement de ce secteur de Pointe-au-Père dans un horizon de cinq ans à dix ans.

 

À quel moment comptez-vous consulter la population?

Les citoyennes et citoyens seront consultés tout au long du processus de développement du concept. La démarche de consultation principale est prévue au printemps 2023.


Est-ce que l’avis des citoyennes et citoyens sera réellement pris en compte?

Oui, tout à fait! La population sera consultée de plusieurs façons dans les prochains mois afin que nous puissions bâtir le concept d’aménagement du secteur ensemble. Bien entendu, certains paramètres doivent être respectés, entre autres, sur le plan environnemental et la protection des milieux humides, mais le processus de participation citoyenne vise à définir une vision commune pour la mise en place de ce nouveau milieu de vie.